'Tit retour sur "Le club des 5" (1/2)

Publié le par Méro

Cet été, pendant mes longues heures d'inactivité, je me suis replongé dans le bain des aventures du "Club des 5", le fleuron de la bibliothèque rose créé par l'anglaise Enid Blyton (j'ai toujours eu envie de dire Denis Blyton).


Petite piqûre de rappel pour les malchanceux qui ne connaîtraient pas la série et pour les nostalgiques qui n'en ont pas lu depuis longtemps.


Moi-même, je devais avoir lu mon dernier club des 5 à l'âge de 12-14 ans environ, ce qui fait que, bien évidemment, je fus un peu déçu par rapport au souvenir que j'en avais. Les intrigues sont assez simples, un peu trop parfois, et les comportements des personnages très marqués, voire caricaturaux, spécialement dans les rapports filles / garçons. Les garçons sont les chefs qui décident et les filles font la vaisselle et obéissent aux garçons ! Toutefois, l'époque à laquelle fut écrite la série explique cette mentalité (les 21 volumes furent publiés entre 1942 et 1963).


L'action se situe toujours pendant les vacances des 5 (ils ne sont pas du genre à sécher), et jamais en ville. La plupart du temps, cela se passe dans la campagne bretonne, plus ou moins loin du village de Kernach où habite les parents d'une des protagonistes (pour la version française, parce que c'est anglais au départ...).


D'autre part, il y a toujours un passage secret, une caverne, un château, une tour en ruine, un phare ou un puits dans lequel l'affaire va se dénouer....


Cependant, à noter que Enid Blyton (auteur également des inoubliables "Oui-oui", "Jojo lapin" et "Le clan des 7", entre autres) a su créer un monde où les adultes sont réduits à la portion congrue, et où les héros sont des enfants comme vous et moi, même s'ils ont tendance à être un peu "trop propres sur eux". Ainsi, les adultes interviennent très peu dans les aventures ; pour ma part, j'en relève 3 catégories :

1/ La famille, un peu "vieilles méthodes", mais pas trop envahissante; 

2/ Les méchants, bien méchants, et bien imbéciles;

3/ Les adultes de "rencontres" (attention, on ne se méprend pas les vicieux). Il s'agit le plus souvent de gendarmes ou policiers, mais aussi de commerçants en rapport avec la bouffe car ce sont de vrais goinfres (là ils sont jeunes, mais à 35, 40 ans, de vrais obèses je suis certain...).


Pour finir la première partie de mon exposé, je vous livre 2 images que j'ai scanné. Ce sont des illustrations de Jean Sidobre, qui dessinait les images accompagnant le texte dans les années 70 et 80. J'aime beaucoup son coup de crayon et surtout le côté "seventies" qu'il a donné à la série. Aujourd'hui, ses illustrations ne font plus la couverture (et c'est dommage, les nouvelles sont assez hideuses), mais garnissent encore l'intérieur des livres.

Illustrations : Jean SIDOBRE

Publié dans Littérature

Commenter cet article

Vallet Dominik 11/08/2007 11:39

Bonjour,Je vois que vous avez un article sur le club des 5.Comme j'ai créé une communauté "Littérature Jeunesse", ça peut vous intéresser.Dominik