Coût d'une médaille d'or en France

Publié le par Méro

Problème :

Monsieur DRUT, ancien médaillé d’or Olympique, est condamné en octobre 2005 à 15 mois de prison avec sursis et 50 000 € d’amende lors du procès des marchés publics d’Ile-de-France.

En effet, il a (non) occupé un emploi fictif dans l’entreprise de BTP SICRA, filiale de Vivendi (à l’époque encore nommée Compagnie Générale des Eaux), entre juin 1990 et février 1993, pour un montant total de 774 047 F, prime de licenciement comprise (50 000 F).


Compte tenu :

- de l’absence de preuves matérielles (pas de bureau à son nom au sein de la société et il n’y a jamais mis les pieds) justifiant de la véritable existence de cet emploi : « Ah, ça, je ne suis pas un spécialiste de l'écriture, j'étais meilleur sur les haies » déclara Monsieur DRUT au procès,

- de la faiblesse de sa défense : « Ce que j'ai fait pour la SICRA ? Eh bien, j'ai signalé que je travaillais pour elle. C'était une sorte de télétravail, si vous me passez l'expression » ajouta Monsieur DRUT au cours de ce procès.

Alors, Monsieur DRUT décide de ne pas interjeter appel et préfère émettre une demande d’amnistie auprès de Monsieur le Président de la République.

Monsieur le Président de la République utilise la « Loi du 10 août 2002 » afin de pouvoir valider cette amnistie.

Questions :

1/ Justifier l’utilisation de la « Loi du 10 août 2002 » par 2 arguments.
2/ Combien vaut la médaille d’or de Monsieur DRUT ?

Solutions :

1/ Justification de la « Loi du 10 août 2002 »

D’une part, l’utilisation de la « Loi du 6 août 2002 » par Monsieur le Président de la République se justifie par son article 10 ; celui-ci stipule en effet que :

Le Président de la République peut admettre, par décret, au bénéfice de l'amnistie les personnes physiques poursuivies ou condamnées pour toute infraction commise avant le 17 mai 2002 (…), [les] personnes qui se sont distinguées d'une manière exceptionnelle dans les domaines humanitaire, culturel, sportif, scientifique ou économique.

Or, Monsieur DRUT est un ancien médaillé d’or Olympique. Il peut donc bénéficier de cette loi en tant que personne s’étant « distinguée d’une manière exceptionnelle dans le domaine sportif »,


D’autre part, l’amnistie permettra à Monsieur DRUT de garder son casier judiciaire vierge, ce qui est indispensable pour siéger au Comité International Olympique (CIO), où sa présence est indispensable pour le rayonnement de la France au niveau international.

Il est bien évident que sans lui et sans son travail au sein du CIO, Paris n’aurait jamais obtenu les jeux Olympiques de 2012 ! Sa présence en tant que membre du CIO pour influencer les débats en faveur de la France est donc primordiale.


2/ Valeur de la médaille d’or de Monsieur DRUT

Montant total touché :    118 003 € (774 047 F)
Amende :                    -  50 000 €
Résultat :                       68 003 €

Monsieur DRUT a une médaille d’Or d’une valeur de 68 003 €, soit 446 070 F (hors frais d’avocat).


Conclusion :

Euh ? C’est avec des trouvailles de ce genre que la classe politique française compte se débarrasser de sa réputation de « tous pourris » ?

Réputation qui est pour elle, rappelons-le, du populisme et de la démagogie d’extrême droite. Je suis d’accord.

Toutefois, quel nom donner à une Loi, votée par les 2 chambres, assez floue pour couvrir l’ensemble du paysage politique ? En effet, je pense que la notion « personnes qui se sont distinguées d'une manière exceptionnelle dans les domaines humanitaire, culturel, sportif, scientifique ou économique » est malléable à souhait selon le désir des personnes au pouvoir.

Et toutefois bis, quel nom donner à une amnistie entre amis (DRUT et CHIRAC sont en effet du même parti et copains dans la vie) ?

Sur ces 2 dernières actions, il faudrait pouvoir mettre un nom également, que les remontrances n’aillent pas toujours que dans un même sens…

Abus de pouvoir et/ou abus de position dominante pourraient convenir.

* Les citations de Guy DRUT sont tirés de l’édition en ligne du Monde en date du 11 mai 2005.
* Les chiffres et dates cités dans la partie « problème » sont tirés de l’édition en ligne du Figaro en date du 27 mai 2006 (pour le reste, c’est moi qui ai fait les calculs !).

Publié dans Politique

Commenter cet article