Tom Taille +

Publié le par Méro

Que faire quand on est un comédien connu, que l'on a joué de bons seconds rôles dans plutôt des bons films (Heat, True romance, Tueurs nés, Le soldat Ryan, A tombeau ouvert, La chute du faucon noir....) et que l'on veut bousiller sa carrière ?


Et bien, on se drogue sans préférence de goût (héroïne, crack, cocaïne), on boit comme un alcoolique bien entraîné et on s'oblige à suivre un régime alimentaire très sain qui nous fait régulièrement passer de 60 à 100 kilos. Evidemment, on tente des cures de désintoxications pour avoir le plaisir de faire des rechutes, sinon, ce n'est pas drôle.


C'est pas mal, mais cela manque un peu de souffre. On s'oblige alors à ajouter du sulfureux par dessus tout cela. On sort pendant deux ans avec la mère maquerelle d'Hollywood, j'ai nommé Heidi Fleiss, pourvoyeuse officielle de "call-girls" (en français prostituées) pour tout le gratin du cinéma américain.


Toutefois, on n'oublie pas de fignoler le travail, on sait qu'il y a toujours des gens pour dire "c'est sa vie privé". Alors, on rend le tout public en abusant et battant cette compagne, ce qui nous permet d'écoper de 6 mois de prison, puis on tape encore sur la fiancée qui suit afin de ne pas trouver dans son sillage des bons samaritains adepte du pardon et du droit à la deuxième chance.


Bon, à ce moment là, on tient un bon rythme, mais il ne faut pas lâcher le morceau, on sait qu'on a des amis qui vont vouloir essayer -les idiots- de nous sortir de la fange dans laquelle on se complet. On a encore besoin d'un petit quelque chose en plus : une cerise sur le gâteau, un joli ruban pour emballer le cadeau, un dernier petit coup de reins.


Alors là, rien que du classique, on laisse négligemment traîner ses cassettes vidéos intimes (avec différentes partenaires, cela va de soi) afin qu'un producteur de films pornographiques les récupère et les commercialise. On le laisse faire sans réagir, sauf d'un point de vue financier, puisqu'on réclame un pourcentage sur les recettes pour pouvoir acheter sa dope depuis son centre de désintoxication (notre seconde maison maintenant). Enfin, pour ajouter au scandale et terminer sur une note d'humour, on ajoute même qu'on est prêt à entamer une nouvelle carrière dans le X.


Il faut dire en plus qu'on est un peu prédisposé pour cela et qu'on aura pas besoin de chercher un pseudonyme : on s'appelle en effet Tom "Taille Plus", en V.O. Tom Sizemore.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

Gael 09/02/2006 22:26

C vrai que c'est sa vie privée en même tps, mais c'est  vrai que c'est con... je l'aimais bien  moi lui...

Méro 11/02/2006 19:20

Il peut "revenir"... Hollywood est friand des "rédemptions"....